Comment tuer son équipe en 10 leçons? Leçon Nº1: Amadouer pour mieux régner

Image courtesy of Imagerymajestic/ Freedigitalphotos.net

Le présupposé fondamental de l’art de l’anti management, celui qui vous permettra de mettre en application ses principes, consiste à asseoir et maintenir une autorité absolue sur votre équipe. Si la grande majorité des anti-managers assoient leur autorité de manière aussi naturelle que brutale, ce qui a le mérite d’être rapide et efficace, cela nécessite toutefois un charisme et une présence physique dont sont souvent dépourvus les maitres de l'anti-management. Ceux-ci, peu gâtés par la nature- petits, chétifs ou corpulents, décrépis ou défraichis avant l'heure- ont mis au point des processus aussi subtils qu'efficaces pour asseoir leur autorité. 

Voici quelques clés pour vous permettre de vous approprier et de mettre en pratique ces processus- parfois contre-intuitifs :


1- Avoir un prix d’entrée dans l’équipe élevé :
Il est extrêmement important que chaque membre de l’équipe comprenne l’honneur que vous lui faites en lui permettant d’y entrer. Plus le prix d’entrée paraitra haut et plus votre pouvoir sur l’équipe sera grand. Une personne valorisée est une personne vulnérable, notez le bien.
Pour cela plusieurs moyens, que vous êtes encouragé à combiner:

Faire partie d’une société extrêmement sélective qui communique de manière extensive sur le fait qu’elle ne compte parmi ses rangs que la crème de la crême (c'est-à-dire autant que possible des clones du diplômé d’une des meilleures écoles de commerce ou d’ingénieur, blanc, français, cultivé, catholique, hétéro et de droite- de préférence un homme). Ce qui implique de ne poster les offres que sur Manageurs.com et de refuser d’entrée de jeu tout ce qui ressemble à un parcours un peu exotique. Vous n’êtes pas là pour faire du social et intégrer le rebut de la société.

Mettre en place un processus de sélection complexe, aussi opaque que long, où les candidats ont au moins trois tours à passer, avec études de cas, questions pièges et autres tests visant à écrémer les « originaux » que votre vigilance aurait laissé passé. Montrer que vous êtes sans cesse en recrutement mais en ne recrutant que très rarement est également recommandé pour attiser l’ego des « happy fews ».

Proposer des salaires au dessus de ce que le candidat demande. Il demande 50, offrez 55. Ou 60. Tout le monde ne peut pas se le permettre mais cette stratégie augmente encore pour le nouvel entrant la perception de sa valeur à vos yeux et le coût de son départ, ce qui encore une fois est un élément clé de votre ascendant sur cette personne.



2- Montrer un semblant de sollicitude les premiers jours:
Ce deuxième élément est certainement celui qui vous demandera le plus d’effort car il est très peu naturel. Le terme sollicitude est difficile à entendre je le conçois. Cependant la théorie de l’anti management veut que la gentillesse initiale endorme la méfiance et la capacité de résistance, vous permettant d’avoir une prise bien plus solide sur votre équipe dans le futur.

Attention, il ne s’agit pas de vous intéresser à leurs vies ou de chercher une amitié, il s’agit simplement d’avoir une attitude apparente de protection et de générosité tout en leur montrant votre exigence. Restez ferme et dirigiste bien entendu. En effet un nouvel arrivant, vous trouvant bienveillante, se jettera plus vite dans la dynamique d’exécution immédiate de vos ordres sans aucune tentation de les remettre en question. Vous pourrez également obtenir d’eux la révélation de leurs faiblesses que vous saurez noter pour une exploitation future.


3- Booster l’égo des nouveaux arrivants:
Ce dernier élément est également contre-intuitif mais rassurez-vous, ces efforts ne sont pas amenés à durer car ils portent leurs fruits rapidement. Il s’agit ici d’encenser les nouveaux arrivants, de les encourager, de leur faire croire qu’ils sont la pépite de votre équipe. Donnez leur immédiatement des responsabilités et des tâches, sans les former le moins du monde.

Assurez-vous qu’ils ont le moins de support possible pour commencer leur travail. Et dès la première tâche qu’ils accomplissent tant bien que mal, quel que soit son résultat, félicitez les, prenez les à part et dites leur combien vous êtes content d’eux, combien ils vous étonnent en bien, combien vous voyez si bien leur potentiel et le plaisir que vous en retirez. Les premières émotions qu’ils doivent ressentir est un mélange de fierté et de gratitude à votre égard.

N’hésitez pas à appuyer les éléments indéniables de leur véritable intelligence, comme l’école qu’ils ont faite, la bonne éducation qu’ils ont reçue, leur expérience professionnelle au sein d’un grand groupe reconnu pour son sérieux, etc. Ils n’auront alors plus aucun doute sur leurs capacités intrinsèques ni sur le fait que vous les admirez.

Pour ceux d’entre vous – et cela peut se comprendre- que ce genre de comportement « positif » hérisse, sachez que tout nouvel arrivant sera naturellement prêt à tout pour montrer sa valeur, donc vous ne devriez pas trop avoir à redire sur leurs débuts. Il suffira de leur dire la vérité de manière un peu exagérée et prématurée pour obtenir l’effet souhaité.

Vous pouvez en dernier recours utiliser l’option, beaucoup plus facile,  d’une comparaison positive avec les membres sortant- ou en voie de sortie- de l’équipe en appuyant sur leurs lacunes dont vous n’aurez aucun mal à vous souvenir. Soulignez cela par un comportement adapté en étant sec et sévère avec les anciens et mielleux et doux avec les nouveaux.  Vous éviterez par cela, et c’est capital, que les possibles médisances des « anciens » puissent influencer leur opinion de vous. Ils sauront qu’ils sont différents et meilleurs et se méfieront donc des autres.

Ainsi vous pouvez en l’espace de quelques semaines créer cette sensation qu’ils sont naturellement extrêmement doués pour leur poste et surtout établir une relation de dépendance à votre jugement.

C’est alors que vous pourrez passer à la seconde étape. Plus rude sera la chute, plus fort sera votre pouvoir.


NB : en cas d’arrivée concomitante de plusieurs nouveaux, arrangez vous pour leur tenir à chacun le même discours mais de manière séparée et en leur demandant la discrétion sur ce point. Ils vous l’accorderont si vous suivez bien les principes susmentionnés.

1 commentaire:

  1. Ln, je découvre à l'instant ton blog. Hate de te lire ...

    RépondreSupprimer